Soirée  » Rouge  » pour passer une soirée dans une mauvaise ambiance – La Dynamo

Groland aussi a son côté sombre, il ne faut pas croire tout ce que l’on vous montre à la TV. En effet notre présipauté préférée y arbore constamment cette image de perfection mais, exceptionnellement pour cette soirée, elle nous montre son dark side of the gros si vous voyez ce que je veux dire.

20h17 – 7/9€ – DYNAMO : 6 rue Amélie 31000 Toulouse

préventes: Fnac, Digitick, Ticket net, Gibert Joseph, http://fifigrot.festik.net/

ZATOKREV, ce groupe suisse, pose sur scène un métal lent et sombre, la recette est simple mais diablement efficace, cette formation dégage une personnalité forte qui tient en haleine tout une salle. Il en ressort des morceaux riches et d’une forte intensité.

Fermez les yeux. Vous pensez peut-être que Satan est au chant. Ouvrez-les: vous serez devant une petite femme masquée, avec des dreadlocks jusqu’au chevilles, et sans effets vocaux. Fermez les yeux à nouveau: vous imaginerez un groupe de heavy métal doté d’une double grosse caisse. Ouvrez-les à nouveau: un gigantesque lutteur masqué debout est en train de torturer un tom, une caisse claire et une cymbale. ​C’est OvO. Bien assez pour vous emporter en enfer !

Qui a dit qu’un catcheur portant magnifiquement bien la chemise à fleur et tripotant frénétiquement des boutons sur sa table de mix ne pourrait jamais vous faire méchamment hocher la tête sur des riffs énervés de métal ? La force de KEMICAL KEM c’est de faire se rencontrer métal, rock des années 60 et tous riffs saturés en un mix explosif. De quoi vous décoller les oreilles du crâne et les pieds du sol pendant un bon bout de temps !

AJ DIRTYSTEIN aka « SPLOSH GIRL » : Performeuse, vidéaste, plasticienne… AJ DIRTYSTEIN propose des numéros scéniques dans une démarche assez radicale: Tableau vivant Vs webcam, conte de fée Vs pornographie, femme fatale, poupée, castratrice… Corps recouvert de matières gluantes, se battant avec ses propres pulsions, ses propres liquides corporels… Toute l’interrogation réside dans l’esthétique d’une imagerie chrétienne qui nous porte entre enfer et paradis. Entre beauté et violence, force et fragilité, entre le vivant et le cadavre… La question de l’abject donne aux performances d’A.J une dimension fétichiste voir mythologique.

  • « Free Spank » + Expositions + surprises
Publicités