Nelly Kaplan

Nelly Kaplan

Née à Buenos Aires en 1936, Nelly Kaplan est arrivée en France à tout juste 20 ans. Écrivaine et correspondante pour des journaux argentins à ses débuts, c’est aux côtés d’Henry Langlois, d’Abel Gance et d’André Breton qu’elle fait ses premières armes dans le cinéma. Elle arrivera à la réalisation avec des films qui choqueront l’intelligentsia bien pensante de l’époque. Quarante ans après, ses brûlots libertaires n’ont rien perdu de leur splendeur. Une grande dame on vous dit !

Charles et Lucie

avec Ginette Garcin, Daniel Ceccaldi, Jean-Marie Proslier, Feodor Atkine, Henri Tisot, Pierre Repp, 1979, France, 1h35

charles lucieLa comédie à montrer coûte que coûte à vos bien-aimés à deux doigts de se flinguer. Écoutons Nelly Kaplan parler de son philtre revergondeur : « Au début, Charles et Lucie ne sont que deux êtres noyés dans leur médiocrité qui ont perdu toute capacité de lutte. Ils ne vivent plus, ils durent ». » Et ça empire encore quand ils se retrouvent en dessous de zéro, sans le moindre complice, sans un sou vaillant, sans une croquette pour se nourrir, sans un fil pour se couvrir (on leur a volé leurs fringues). N’est-ce pas là l’instant rêvé pour se mettre à réinventer sa vie sur-le-champ ? Dans la rigolade effrénée et advienne que pourra.

Projection le Mardi 17 Septembre à 17h au Cratère

Rencontre avec la réalisatrice Nelly Kaplan

Voir la bande-annonce

La Fiancée du pirate

avec Bernadette Lafont, Michel Constantin, Julien Guiomar, Georges Géret, Claire Maurier, Louis Malle, 1969, France, 1h46

fiancee-du-pirate-03-gOn ne se lasse pas de revoir ce brûlot féministe truculemment féroce devenu culte, dans lequel la toute jeune Bernadette Lafont, en butte à la cupidité et aux « principes moraux » humiliants des notables d’un hameau, passe à la contre-attaque avec une explosive impudeur. Le film, mis à l’index par les cathos, choqua aussi bon nombre de critiques de gôche et d’intellos coincés du fion car c’était à l’intérieur d’un genre dénigré en soi par eux, la farce paillarde, que Nelly Kaplan lançait son offensive poivrée contre l’hypocrisie bourge et le phallocratisme ambiant.

Projection le Mardi 17 Septembre à 19h au Cratère

Rencontre avec la réalisatrice Nelly Kaplan

Néa

avec Ann Zacharias, Sami Frey, Micheline Presle, Heinz Bennent, Françoise Brion, Ingrid Caven, 1976, France, 1h47

neaAyant accepté sans vergogne n’importe quoi, soit l’adaptation d’une nouvelle particulièrement raplapla de la très putassière romancière à la mode Emmanuelle Arsan, Nelly Kaplan détourne pernicieusement ici sa commande. Dans cet étrange film dédié à l’utopiste Charles Fourier, on retrouve au détour de chaque plan son aversion cinglante pour les bonnes mœurs et les génuflexions, et son goût très vif des fruits défendus. Nous sommes de surcroît quelques loustics à tenir une des séquences de Néa mettant aux prises son impétueuse héroïne avec Samy Frey comme un des moments les plus roboratifs de toute l’histoire du film subversif-carabiné. Rien que ça.

Projection le Mardi 17 Septembre à 21h15 au Cratère

Rencontre avec la réalisatrice Nelly Kaplan

Publicités